Valérie Inertie

teaching

la Rhönrad de Dr. Willi Schütz

Rhönrad Dreia Preussische Hochschule
Spandau Berlin (1927) source; Manuel
d’utilisation de la Rhönrad de Dr. Willi Schütz

la Rhönrad de Dr. Willi Schütz

Rhönrad Preussische Hochschule Spandau Berlin
(1927)Source; Manuel d’utilisation de la
Rhönrad de Dr. Willi Schütz

la Rhönrad de Dr. Willi Schütz

Rhönrad Globus Preussische Hochschule Spandau
Berlin (1927), source; Manuel d’utilisation de la
Rhönrad de Dr. Willi Schütz

Histoires de roues antérieures


Lewis W Harper of Minnesota 1892

Lewis W Harper of Minnesota 1892
Patent info courtesy of Stephen Ransom

Monowheel

Monowheel
photo from Motorcycling magazine edition (1927)

Scherzo Waltz
(Chorégraphie créée par Doris Humphrey vers 1923)

Doris Humphrey est connue dans le milieu de la danse comme une des chefs de file de la danse moderne de son époque. Élevée à Chicago, elle s’inscrit à l’école Denishawn School à Los Angeles en 1917. On l’y encourage à chorégraphier diverses pièces. Elle crée entre autres «Scherzo Waltz», dans laquelle elle intègre un grand cerceau. Chose intéressante, elle travaille la danse selon une technique qui exploite le poids du corps, les possibilités d'équilibre et les rythmes de chutes et de rétablissements, lesquelles sont des techniques de base de la pratique de la «Roue Cyr» d’aujourd’hui.

Doris Humphrey performing Scherzo Waltz

Doris Humphrey performing "Scherzo Waltz" (1923)
Source; US Wheel Gymnastic Federation
Photo: Gracieuseté Evan Brown

Feminin hoop danse

Feminin hoop danse around 1935 Private Collection

Rhönrad
(Appareil de pratique sportive breveté en 1925 par Otto Feick, Allemagne)

Également connue sous le nom de roue allemande, la «Rhönrad» est une roue double semblable à une roue de hamster grandeur humaine. Elle a été inventée par Otto Feick, fils de forgeron, travailleur des chemins de fer et originaire de la région de la Rhön en Allemagne. L’appareil lui a été inspiré d’une expérience vécue dans son enfance. Dans une sorte de tonneau entouré de cerceaux en fer forgé, son grand-père le laisse rouler au bas d’une colline. Otto Feick, qui fait breveter son invention de la «Rhönrad» en 1925, possède un atelier de transformation des métaux, ce qui lui permet de fabriquer ces roues. Trois autres types de roues sont également mises au point, la «E-Rad» qui comporte une distance réduite entre ses deux roues, la «Dreia» conçue pour 3 personnes et la «Globus» pour 5 personnes. Toutefois, seule la roue universelle «Rhönrad» a résisté à l’épreuve du temps. Au cours des années subséquentes, 20 000 roues sont fabriquées! La demande est tellement importante que Feick doit collaborer avec un sous-traitant pour la fabrication. En 1927, Dr Willi Schütz rédige un manuel illustré et détaillé sur la terminologie et la pratique de la «Rhönrad». Au cours de cette même année, Feick est invité à Londres afin d’y présenter son invention. Il sera également invité à New York en 1929.

La «Rhönrad» gagne en popularité. À Würzburg, Alfred Weimer fonde une association de « Rhönrad » qui devient un des centres d’entrainement les plus réputés d’Allemagne. Feick regroupe des membres de l’association sportive de l’industrie ferroviaire où il travaille et ceux du centre d’entrainement de Würzburg afin de promouvoir ce nouveau sport. Ces passionnés organisent des tournois et mettent sur pied des centres d’entrainement dans plusieurs villes d’Allemagne. Berlin devient un centre important de ce sport. Les dix ans de l’invention de l’appareil constituent un moment décisif dans le développement de la «Rhönrad» et des célébrations sont alors organisées au Wintergarten de Berlin en 1935. L’année suivante, 120 initiés de cette discipline participent à une démonstration de «Rhönrad» lors des Jeux olympiques de Berlin. À l’époque, la roue sert à la pratique sportive dans les écoles et devient un divertissement lors de certaines démonstrations publiques. Elle sert également à l’entrainement chez les militaires, les marines, les policiers, les pompiers et les pilotes. Les pilotes se sont particulièrement intéressés à cet entrainement parce qu’ils y ont retrouvé des exercices favorisant le développement d’habiletés nécessaires à leur métier, car ils devaient acquérir une certaine dextérité et développer leur sens de l’orientation spatiale afin de maîtriser la conduite d’un aéronef.

La Seconde Guerre mondiale stoppa radicalement le développement de ce sport. Après la guerre, les anciens enthousiastes de roue se regroupent à nouveau. La République démocratique allemande appuie alors la revitalisation des activités de «Rhönrad» en espérant triompher sur l’Ouest. Les roues endommagées sont réparées et les entrainements reprennent tranquillement à Berlin et à Würzburg. Des tournois sont à nouveau organisés et la «Rhönrad» se taille une place dans la fédération nationale de gymnastique (Deutscher Turner-Bund). Le premier championnat aura lieu à Hanovre en 1960. Décédé en 1959, Otto Feick n’a malheureusement pas vécu assez longtemps pour assister à la reconnaissance officielle de ce sport.

Le sport continue de se répandre, gagnant même de l’importance au plan international. Sa popularité s’accroit particulièrement suite à la participation des athlètes de Rhönrad au festival Gymnaestrada de 1982 en Suisse et à l’édition de 1987 au Danemark. C’est en 1990 en Allemagne qu’a eu lieu la première coupe européenne de gymnastique de roue; organisée par la FIRR (fédération internationale de «Rhönrad») prédécesseur la fédération actuel IRV (fédération internationale de sport de roue). Depuis, une dizaine de championnats mondiaux ont été organisés dans divers pays du monde. En 1996, la roue allemande commence à se tailler une place dans l’univers du cirque; elle fait partie du spectacle «Quidam» du Cirque du Soleil et commence à être enseigné dans plusieurs écoles de cirque. En 2000, plusieurs athlètes, adeptes et passionnés de ce sport se réunissent afin de célébrer les 75 ans de ce sport et rendre hommage à son inventeur Otto Feick. Dr Jörd Winkler, 13 fois champion national de «Rhönrad», aujourd’hui thérapeute en psychomotricité, entraineur et collectionneur, a grandement contribué à la documentation sur le sujet.

Einreifen
(Appareil inventé par Adalbert von Rekowski vers 1950, Allemagne)

Dérivée de la «Rhönrad», la «Einreifen» était une roue simple en acier dotée de prises pour les mains et les pieds. Son vocabulaire de mouvements s’apparente à celui de la «Rhönrad»: roulé latéral, spirale et la pièce de monnaie. Contrairement à la «Roue Cyr» d’aujourd’hui, on n’y pratiquait pas le mouvement de «valse». Aucun brevet n’a été enregistré pour la «Einreifen», mais la page couverture du journal «Die Woche im Bild» de mars 1951 attribue à Rekowski l´invention de cet appareil. Bien que cette discipline ne se soit pas répandue au même titre que la «Rhönrad», plusieurs photos témoignent de son existence au cours du dernier siècle. La première démonstration de la «Einreifen» a eu lieu lors du championnat de «Rhönrad» de 1960 à Hanovre. Selon Dr Jörg Winkler, adepte de sport de roue et passionné de l’histoire de la «Rhönrad», la «Einreifen» est tombée dans l’oubli après la chute du mur de Berlin en 1989.

Before the Second World War

Einreifen photo before the Second World
War_Source; Rhönrad Archiv Dr.Jörg Winkler

Adalbert von Rekowski

Adalbert von Rekowski_ Einreifen
(1951)_Source; Rhönrad Archiv Dr.Jörg
Winkler

cover of Die Woche im Bild

Einreifen in the cover of "Die Woche im Bild"
from Berliner Zeitung news_March (1951) avec
la notion du l’inventeur Rekowski_Source;
Rhönrad Archiv Dr.Jörg Winkler

Adalbert von Rekowski

Adalbert von Rekowski with the association
of Motor Mitte Magdeburg, Magdeburg (1952)
Source; Rhönrad Archiv Dr.Jörg Winkler

Jörg Winkler 13 times Rhönrad champion

Jörg Winkler 13 times Rhönrad champion in RDA_Einreifen presentation during the Rhönrad
Championship in Salzwedel (1989)_Source; Rhönrad Archiv Dr.Jörg Winkler

Norbert Dill in Einreifen Germany

Norbert Dill in Einreifen Germany (1960)_Sourse; US Wheel Gymnastic Federation

Norbert Dill in Einreifen Germany

Wilfried Schepelmann, Jürgen Lassig and Mario sun of Jörg Winkler_first
meeting after the fall of the wall (1990)_Wilfried Schepelmann made this Einrei-
fen with some effects lighting inside_Source; Rhönrad Archiv Dr.Jörg Wikler

Cyr Wheel Voucher
Mono Wheel
(Discipline sportive dérivée de la Roue Cyr et introduit à la pratique de sport de
roue depuis 2011.Nommé Mono Wheel en 2013 par l’IRV « International Rhönradturnen
Verband », Suisse)

Dérivée de la «Rhönrad», la «Einreifen» était une roue simple en acier dotée de prises pour les mains et les pieds. Son vocabulaire de mouvements s’apparente à celui de la «Rhönrad»: roulé latéral, spirale et la pièce de monnaie. Contrairement à la «Roue Cyr» d’aujourd’hui, on n’y pratiquait pas le mouvement de «valse». Aucun brevet n’a été enregistré pour la «Einreifen», mais la page couverture du journal «Die Woche im Bild» de mars 1951 attribue à Rekowski l´invention de cet appareil. Bien que cette discipline ne se soit pas répandue au même titre que la «Rhönrad», plusieurs photos témoignent de son existence au cours du dernier siècle. La première démonstration de la «Einreifen» a eu lieu lors du championnat de «Rhönrad» de 1960 à Hanovre. Selon Dr Jörg Winkler, adepte de sport de roue et passionné de l’histoire de la «Rhönrad», la «Einreifen» est tombée dans l’oubli après la chute du mur de Berlin en 1989.

Différentes époques qui racontent notre histoire

Il est intéressant d’observer les époques au cours desquelles apparaissent ces différentes inventions: la «Rhönrad» d’Otto Feick (1925), la Roue Cyr de Daniel Cyr (1998) et la «Mono Wheel» de l’IRV (2013). Toutes ces inventions sont apparues à des époques distinctes, chacune témoignant d’une partie de notre histoire. La «Rhönrad» a survécue à la guerre et s’est inscrite parmi les disciplines sportives afin que les concurrents puissent affronter leur adversaire de façon pacifique. Quant à la Roue Cyr, elle s’est popularisée dans le cadre du développement des arts de la scène, de l’éclosion d’Internet et de la plateforme YouTube. La création de la «Mono Wheel» à titre de sport ne s’est pas faite sans ce besoin de performance et de succès caractéristique de notre époque.

Nous sommes toujours à la recherche d’information pertinente et de matériel visuel qui pourraient enrichir cet article. N’hésitez pas à communiquer avec nous si vous possédez certaines connaissances sur le sujet. Nous sommes particulièrement intéressés à propos de la dance de cerceau de Doris Humphrey.

Bibliographie

- «Das Rhönrad» Autor: Dr. Willi Schütz, Preussische Hochschule, Spandau, Berlin (1927)

- «Das Neue Universum» Union Deutsche Verlagsgesellschaft, Stuttgart, Berlin, Leipzig (+-1930)

- «Das Rhönrad dreht sich seit 75 Jahren» Autor: Manfred Zirkelbach, Universitätsbibliothek Marburg (2000)

- «Rhönrad oder doch Pfalzrad?» Autor: Hässel Gerd (2010)

- Rhönrad Archiv von Dr. Jörg Winkler

- The History of the Wheel Gymnastics, IRV (2013)

- Patente Archive Depatisnet Deutschland

- Douglas Self’s Museum and Retro Technology

- Spaarnestad Photo Archive